Lien vers page d'accueil, Portail Québec

Apprenez-en plus : rage.gouv.qc.ca
Questions? Commentaires? Contactez-nous!


ÉTAT DE LA SITUATION 2017
Nombre de cas actuel : 0

Nombre de cas avant 2017 :
Année Nombre de cas
2016
0
2015
2014
0
2013
0
2012
0
2010
0
2009
2
2008
32
2007
66
2006
4


Testez vos connaissances ...

Démasquons-les!

Questions de santé

Qu'est-ce que la rage ?

La rage est une maladie infectieuse incurable et mortelle causée par un virus qui s’attaque au système nerveux des mammifères, y compris celui des humains. Elle constitue un problème majeur dans les pays en voie de développement, causant plus de 60 000 décès par année.

Parmi les nombreuses maladies transmissibles aux humains, la rage est l'une des plus grave, car elle est mortelle dès l’apparition des symptômes.

Animaux sauvages impliqués

Les animaux sauvages les plus souvent impliqués dans la transmission de la rage en Amérique du Nord sont : les chauves-souris, les ratons laveurs, les mouffettes et les renards. Les animaux domestiques (chiens, chats, bétail) en contact avec les animaux sauvages infectés peuvent aussi l’être. Ils constituent ainsi un intermédiaire ayant la capacité de contaminer l’humain. Cependant, les derniers cas de rage humaine aux États-Unis et au Canada ont majoritairement impliqué un contact avec des chauves-souris.

Chauve-souris Raton laveur Mouffette Renard

Mode de transmission

La rage se transmet par la salive à la suite d’une morsure par un animal enragé. Elle peut aussi être transmise, quoique rarement, par griffure, lors du contact avec une plaie fraîche (de moins de 24 heures), avec une muqueuse (yeux, nez, bouche) ou avec la salive d’un animal ayant la rage. Le virus n’est pas transmis lors de contact avec le sang, l’urine ou les selles de cet animal.

Période d’incubation

La période d’incubation se situe dans l'intervalle entre le moment de l'exposition au virus et l'apparition des premiers symptômes. Chez les être humains, elle s'étend généralement sur une période variant entre une semaine à plus d'un an, tout dépendant de la gravité et de la dimension de la blessure, et de sa distance avec le cerveau. Des morsures à la tête, au cou, multiples et sévères, par exemple, seraient associées à une courte période d'incubation.


Politique de confidentialité

Logo du Québec
© Gouvernement du Québec, 2009-2015